Décryptage

Natixis/Crédit Agricole : contre mauvaise fortune bon coeur

Envoyer à un ami Imprimer

François Pérol / Le Figaro (Jean-Christophe Maramara)

Les deux banques françaises ont démontré leur capacité à s’accommoder de la remontée des taux. BPCE profite des atouts d’une banque universelle, grâce à sa filiale Natixis. De son côté, la banque verte accentue son internationalisation, malgré l’impact de la réforme fiscale américaine.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Profitez de l'offre Découverte

1 Mois Gratuit